Le langage des fleurs

 

Nombre de poètes ont voulu transposer leur vision du langage des fleurs, chacun faisant ressortir leur sensibilité, très souvent exacerbée de leur compréhension de cet état naturel et des symboles que sont ces plantes enchantées.

Je vous fais part de ma vision pour ce langage des fleurs à ma manière, selon ma sensibilité envers cette vie naturelle, durant des milliers d’années, a été composée, transformée, fait évoluer vers une forme de perfection. Bien des fleurs ont disparu de notre milieu et bien d’autres sont apparues, mais toutes, dans leurs apparences et leurs couleurs, sont des fleurs de vie.Langage des fleurs
J’ai donc recherché ce que les hommes, au cours des siècles, ont symbolisé dans leur vie, leurs légendes et leurs réalités quotidiennes.
Si au début, l’image accompagne la désignation de la fleur et de son symbole, j’ai sous-entendu, sur la fin, lors de la citation du vers, « Car si d’être ton ami, j’en ai de la fierté », je ne précise pas le nom, il est imagé par la fleur de magnolia, par son symbole ésotérique et par sa forme forte de se redresser vers le ciel
Vous avez aussi l’avant-dernière image, la fleur de cerisier qui symbolise le bonheur serein, le bonheur de tous les jours et pour le dernier vers, « L’ami t’appartient et veille sur ton destin », qui n’est qu’une extrapolation d’une fleur, de par sa forme, reste un mystère comme le destin, inconnu (si vous avez une idée, n’hésitez pas à me la donner !).
Voici un texte tout de vie et d’amitié.

Le langage des fleurs

Que celui qui possède un don si précieux,
D’un encens éternel en rende grâce à Dieu.
Il voit tous les ressorts qui meuvent l’univers ;
Et si le sort l’engage au doux métier des vers,
Par lui, mille beautés à toute heure sont vues,
Que les autres mortels n’ont jamais aperçues ; …
(Épître à Fontenelle de Charles Perrault)

 

Dans la nostalgie des époques anciennes,
Dans les vieux écrits, pour richesses du cœur,
Existe un langage afin que nous revienne,
Délicate et subtile, la parole des fleurs.

Du premier quatrain,
La jascinthe, je choisis,
C’est la joie, agrémentée de romarin
Symbole du coeur heureux dans notre vie

Reçois, pour reconnaissance, l’éclatant dahlia,
Sur fond d’une amitié dévouée de volubilis ;
Et unis, du parfum de l’amitié qu’est le lilas,
La plus sincère des puretés, la fleur de lys.

Mais qu’enfin, pour ne passe et ne s’effrite
Notre estime, merveille de la marguerite,
Offrons une pivoine, touche de sincérité,
Dans un bouquet, par préférence, de beaux genêts.

Et prends, par cette poésie que je t’adresse,
Une immense brassée de glycines, pour ma tendresse.

Mais de l’amitié, sache et doit en user,
Car si d’être ton ami, j’en ai de la fierté,
Ne pas s’en servir pour ne pas déranger,
Revient à dire non et s’en va à tout jamais.

Comme la vie heureuse est au bonheur serein,
L’ami t’appartient et veille sur ton destin.

 

Et maintenant, voilà la poésie en image et musique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.