Le monde refuse la démocratie-Partie 1

Le monde refuserait-il de vivre en démocratie ?

Voilà bien la question à laquelle personne ne répond, ne détourne la question ou simplement ne prétend que nous sommes en démocratie en éludant le sujet. Bien sûr, depuis les premières années de nos républiques, la plupart des dirigeants n’ont jamais voulu de la démocratie et une république ne peut pas, bien sûr, être une démocratie au sens propre du mot, puisque sa structure en elle-même

Les décisions se prennent en petit comité- Conseil des ministres
Les décisions se prennent en petit comité- Conseil des ministres

réclame une tête élective et un gouvernement.

 

Une grande majorité de citoyens ont reçu cette éducation que le mode républicain est la solution, mais montre aujourd’hui son incapacité à rendre le monde meilleur. J’irai plus loin, notre monde accumule tous les éléments pour se détruire par la dislocation de la nature et de ses ressources naturelles d’une part et, d’autre part, d’une économie basée sur les profils et la fabrication d’armes plus monstrueuses les unes que les autres. Je vais donc vous parler de ces derniers éléments avant d’entamer le pourquoi nos sociétés refusent la démocratie.

L'Assemblée nationale lors du vote de la prolongation de l'état d'urgence.
L’Assemblée nationale lors du vote de la prolongation de l’état d’urgence.

L’économie aujourd’hui :

L’ensemble de nos économies, quelles qu’elles soient, sont sur la même base, celle du profit. Comme ce profit est momentané, il faut donc produire et produire encore plus. De ce fait, pour produire plus, il faut une énergie plus

puissante et importante, encore plus de matières premières, plus de capacités industrielles, mais comme on privilégie le profit, le poste le plus facile à diminuer sera le coût de la main-d’oeuvre et donc, une diminution de la masse salariale. Plus de machines-outils, de robots et moins de salariés. Le gros problème de ce mode d’économie, en somme, de notre société de consommation, c’est que l’industriel produit plus, mais a de plus en plus de mal à vendre ses produits du fait qu’elle a licencié ses acheteurs et ce n’est pas les robots qui vont achetés. Le système de la société de consommation est de vendre, mais à qui ?

La technique désastreuse !
La robotique diminue et supprime la masse salariale.
La robotique diminue et supprime la masse salariale.

Aujourd’hui, ces ventes se font par étages, le producteur vend à un premier intermédiaire qui lui-même va vendre à un  autre intermédiaire qui va transformer éventuellement les produits et revendre encore à un troisième intermédiaire qui va lui aussi vendre par le biais d’un magasin ou d’un professionnel pour être finalement vendu au particulier. Si ce dernier n’achète plus ? Que se passe-t-il ? Le magasin fait un retour au troisième intermédiaire si cela est possible dans le contrat de vente, sinon, le magasin ou le professionnel accumule les invendus et finit par déposer le bilan. Si c’est possible de faire les retours, comme pour les journaux et revues, les retours vont jusqu’au premier producteur ou intermédiaire.

Déchets industriels après la faillite d'une entreprise
Déchets industriels après la faillite d’une entreprise

La faillite guette, mais cela a fait tourner en rond la machine économique avec, forcément, un des éléments du réseau qui va rester sur le carreau. Belle affaire, en général, c’est le plus petit et donc, on trouve un autre pigeon pour finir la chaîne. Vous connaissez tous le dessin animé du consommateur qui achète toujours le dernier modèle de téléphone portable (S1, S2, S3, etc …) et jette le précédent qui est devenu obsolète et se retrouve avec une masse de déchets devenue impossible à gérer. Voilà notre économie actuelle.

La conséquence !
Divers pesticides employés dans l'agriculture.
Divers pesticides employés dans l’agriculture.

Nous appauvrissons notre planète par la dépense inconsidérée des matières premières qui ne sont pas infinies, tant s’en faut. Par une énorme dépense énergétique et une accumulation de déchets de tous genres. Nous ne savons pas quoi en faire, nous contaminons l’air, la terre et l’eau de produits excessivement toxiques. (pesticides, radioactivité, produits non dégradables comme les plastiques). Et enfin, une destruction de la nature, en particulier des forêts pour la principale production, le papier. La production de certaines cultures comme le maïs ou le coton qui demande énormément d’eau. (Pour un kilo de coton, il faut douze mille litres d’eau. Des régions entières, dans le monde, ont été asséchées et deviennent des déserts).

Une autre économie :

Pourtant, cette économie pourrait être basée sur le besoin de tous et son coût, de ce fait, serait moindre. J’ai relevé, sur Linkedln, une forme novatrice pour les entreprises et je préfère en donner ma source. C’est une vision pour la construction de la future entreprise. L’article est signé de Monsieur Daniel C.Ronson pour une philosophie et un management : Son article

Je retiendrai essentiellement ce passage ci-après qui représente tout un monde possible si l’homme décide de devenir solidaire.

Alors, la clé est simple pour avancer de manière plus assurée: c’est de bien savoir ce qui est humainement motivant pour trouver des gens désireux de participer à une aventure dont le risque principal sera celui de rencontrer beaucoup d’autres personnes dont il faudra prendre le plus grand soin !

Au centre du nouvel univers communicationnel, l’individu est un noyau (« node ») potentiellement hautement relationnel.
Naturellement ou assisté par son coach ou artificiellement par la RA ou « réalité augmentée » pour y chercher sa voie ou, mieux, être capable d’y tracer son chemin de manière vraiment stratégique. Collaborativement et participativement …

Alors, que faire ?

Il est important, pourtant, de modifier radicalement cette économie irrationnelle qui ne fait que détruire et l’individu et son milieu de vie. L’avenir, pour nos entreprises, ne peut-être que dans la participation de tous. Qu’elles deviennent la propriété de tous et non d’un seul et qu’elle ne produise que selon un besoin général.

Production industrielle intensive de poulets

Le partage des richesses deviendra nécessaire et le salarié doit prendre conscience que la réussite de l’entreprise, c’est lui et que sa participation responsable doit être aussi avec l’accès au capital et aux bénéfices, au même titre que n’importe quel actionnaire.

Par ailleurs, les parts individuelles doivent être limitées à un % bas afin d’éviter de retomber dans le capitalisme forcené que nous connaissons aujourd’hui avec une priorité au personnel de l’entreprise. Les services dont la nécessité est publique, qui disposent d’un ministère, doivent rester nationaux. (Education nationale, la santé, la justice, réseau routier et ferroviaire, énergie, etc.).

Mais comment faire changer radicalement notre société ?

Nous sommes convaincus, pour une majorité de Français, que nos dirigeants nous mentent. Ils engrangent des fortunes et gaspillent les deniers publics. De même, ils sont incapables de provoquer une transformation véritable de notre société. Il leur est impossible d’endiguer le chômage et la dette nationale et nous savons tous pourquoi ! Oui, nous savons où est le problème, où est la difficulté de bouger et de changer. C’est eux, ce sont nos individus politiques, assemblés en partis qui sont le problème ! C’est identique dans tous les pays du monde qui sont dans cette forme oligarchique de la représentation. Continuer à voter pour ces gens, quel qu’ils soient, de droite, de gauche ou des extrêmes. Leur jeu est de maintenir un système représentatif qui ne peut plus fonctionner, le pouvoir les corrompt inévitablement.

Alors ? Que faire ? Comment agir ? Pourquoi rompre avec une république représentative ? Vouloir obtenir une certaine union pour rassembler cette majorité qui renverra dans l’anonymat, ces politiques indélicats et corrompus ? Et enfin, comment arriver à installer, de façon durable, une vraie démocratie, un vrai moyen pour écrire nous-mêmes notre constitution et nos lois ?

 

3 thoughts on “Le monde refuse la démocratie-Partie 1

  1. I drop a comment each time I like a article on a site or
    if I have something to contribute to the discussion. Usually it is a result of the passion communicated in the article I looked at.
    And after this article Le monde refuse la démocratie-Partie
    1 — Réaliser ses objectifs. I was actually
    moved enough to drop a comment 😉 I do have 2 questions for you if it’s allright.

    Is it simply me or does it look as if like some of these remarks come across as if they are coming from brain dead
    visitors? 😛 And, if you are posting at other sites, I would like to keep up with everything fresh
    you have to post. Could you list all of all your social pages
    like your twitter feed, Facebook page or linkedin profile?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *