Sept larmes de vie

Des larmes et de la vie

Pour ce nouveau poème « sept larmes de vie » est un texte écrit au rythme de la musique. Très penché vers le côté sentimental et philosophique, alternant le général et le personnel.
Il a été écrit dans une période où les sentiments sont remis en question.
Comme toute poésie, les larmes font partie de la vie du poète et laissent parfois des marques indélébiles. Ces larmes semblent être oubliées, mais restent là, bien ancrées dans notre mémoire. Elles sont prêtes à ressurgir aux situations similaires. Les souvenirs de notre vie peuvent ressortir à tout instant.
Vous, d’autres et moi-même sommes sensibles et cette sensibilité nous apporte des larmes, des larmes de joie, de peine, de chagrin et d’espoir.

comme les larmes, l'espoir est toujours dans notre avenir
Une goutte pour nos larmes d’espoir

Avec ce poème, « Sept larmes de vie », c’est tout la vie qui défile et que nous vivons.

Le texte
Je vous laisse à lire ce texte, puis la vidéo musicale en image.
Bonne lecture.

Sept larmes de vie

Parle-moi que ta voix me touche !
Chaque parole sur ta bouche
Est un écho mélodieux.

Quand ta voix meurt dans mon oreille,
Mon âme résonne et s’éveille,
Comme un temple à la voix de dieu.
Alphonse de Lamartine dans « champs d’amour »

Sept larmes, sept petites larmes
De mon cœur rempli de ton charme.

Sept désirs, sept petits désirs
De mon âme qui ne veut que te dire
Derrière une souffrance d’amour,
Et pour mon corps qui te réclame,
Combien tout mon être, chaque jour
Te voue une admiration qui t’acclame.

A chaque larme, un désir ou une image
D’une douce vie, heureuse et sans nuages.

Larmes d’indécision

Je ne sais plus, je ne vois plus et prions
Pour que l’espoir ne soit pas une vaine dérision.
Et si, d’aujourd’hui, il nous reste la déception,
Que demain soit la bonne décision.

Larmes du doute

Dans ton sentiment, tu ne donnes qu’une goutte,
Comme la rosée du matin au bord d’une route.
De sa fraîcheur, reste l’impression qui m’envoûte
Cette impression malheureuse, celle du doute.

Larmes d’une crainte

Ecoute, dans cette aurore d’été, la complainte
Des étoiles qui pleurent leur éternelle étreinte.
Vois, tes yeux ont marqué d’une empreinte,
Le cœur d’un homme tremblant de crainte,
Pour son âme, de n’être, en fin, qu’une plainte,
La plainte de tristesse dans sa joie éteinte.

Larmes d’espoir
Les larmes sont le sang de nos âmes
Les larmes d’amour sont les plus belles et les plus cruelles parfois

Je n’aspire, dans ma tête, qu’a te revoir,
Comme une étincelle qui ne veut que croire
Que seule, sa vie donne, pour tous les soirs,
La lumière d’amour, cette lumière d’espoir.

Larmes du désir

Regarde mon être, il ne veut que frémir
Comme la musique des violons du souvenir,
Clame de mourir pour prévenir l’avenir,
L’avenir peut-être pour cet immense désir.
Pourtant je voulais te donner le plaisir
D’une île pour deux, d’une île pour guérir.

Larmes du bonheur

De cette larme, prends-la pour sa chaleur,
Prends-la pour qu’aucun de nous ne pleure,
Pour que reste en mémoire cette fleur,
Fleur pour ta beauté, fleur pour notre bonheur.

Larmes d’amour

Cette larme, c’est l’amour d’un jour,
Cette larme, c’est aussi l’amour sans retour,
Cette larme, c’est pour l’amour … toujours.

Didlan

Et maintenant, le texte en vidéo musicale et en images.
Je vous souhaite une excellente lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.